Imprimer cet article Imprimer cet article

Au dernier Jour nos pensées et nos actes seront dévoilés

Je ne puis confesser toutes les pensées, elles sont plus nombreuses que les grains de sable comme dit le psaume… Comment faire pour que tout cela soit pardonné et effacé ?

L’office de la confession –

C’est une bonne inspiration de dire régulièrement les prières de la confession: nous pouvons gagner la grâce du repentir en nous y exerçant très régulièrement et en nous donnant du mal pour cela. Cette grâce divine et incréée peut également descendre sur nous de façon imprévue, comme ce fut le cas pour le prophète David, qui n’avait rien demandé et qui, apparemment, avait la conscience tranquille après ce qu’il avait fait. C’est le prophète Nathan qui l’a conduit au repentir. Toutefois, nous ne savons pas grand-chose des dispositions secrètes qui étaient celles du roi.

La crainte du Jugement

Il est vrai que la perspective du Jugement dernier est très inquiétante: qui parmi nous peut être dénudé devant tous? Qui pourra supporter que toute sa vie – ses pensées secrètes, ses actes cachés, ses paroles mensongères et hypocrites – soient révélée publiquement?

Selon l’enseignement des saints Pères d’autrefois et de nos jours, la confession la plus fréquente possible répond à cette préoccupation. Tous les péchés que nous aurons confessés en cette vie seront omis au dernier Jour. Ce sont les péchés non confessés qui seront dévoilés à ce moment-là parce qu’ils n’auront pas été dévoilés auparavant. Nous serons nus devant Dieu comme le jour de notre baptême.

Anticiper

Passons ce qui reste de notre vie à anticiper le Jugement en dévoilant nos péchés au fur et à mesure que l’Esprit nous les montre. Dieu étant dans une disposition continuelle au pardon, il suffit que notre repentir soit sincère – mais l’est-il? – pour que sa miséricorde lave notre conscience. De plus nous pouvons avoir l’assurance de ce pardon, non seulement de ce qu’atteste notre cœur, mais encore et surtout du sacrement de l’absolution; nous pouvons encore l’avoir du fait que nos frères eux-mêmes nous pardonnent: s’ils nous pardonnent, comment le Seigneur nous refuserait-Il sa miséricorde? De ces trois modes de confirmation, l’absolution est la plus grande parce qu’elle a été donné par le Seigneur lui-même.

Croyons-nous au pardon ?

Mais il se pose une question: croyons-nous vraiment à cette absolution divine? Croyons-nous aux paroles “ce qui est délié sur terre est délié dans les cieux”? Il n’est pas sûr que nous mettions toute notre foi dans cette parole comme nous le faisons à l’égard des paroles de la consécration eucharistique. Pour cette raison, notre âme ne trouve pas toujours la paix qu’elle attend en entendant la prière d’absolution dite par le ministère de l’Église. Si tu crois vraiment que tu es pardonnée quand l’Évêque ou le Prêtre l’atteste, tu peux être sauvé. C’est comme de croire du fond du cœur quand le Prêtre dit: la servante de Dieu N…communie au Corps précieux et au Sang très pur de notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus Christ. Si tu n’y crois pas, tu communies sans communier. Et si tu ne crois pas à la parole « ce qui sera délié sur terre le sera dans les cieux », tu ne peux pas non plus jouir de la miséricorde de Dieu. Nous sommes invités à prier le Seigneur de nous donner le temps de confesser tous nos péchés avant l’heure de notre mort. Prions-le également de nous donner des larmes de repentir, elles aussi contribuent à laver notre âme de toute souillure.