Imprimer cet article Imprimer cet article

La paroisse

Existence matérielle –

Le nom de paroisse signifie l’église de proximité. Le verbe grec d’où vient ce nom veut dire « habiter à côté ». La paroisse, dans certains pays, dans le village, notamment, c’est l’église où tu vas à pieds.

Elle est définie « canoniquement », c’est-à-dire suivant la sagesse de l’Église, par son lien avec l’évêque d’un lieu : elle est une entité territoriale, membre d’un diocèse ou évêché dont le siège est clairement défini. Elle bénéficie également d’une description juridique, notamment en France, où une association loi de 1901, généralement précisée par la Préfecture comme « cultuelle », la représente devant l’État et la société civile. La Paroisse a ainsi une vraie existence sociale.

Existence sacramentelle

Elle a une réalité sacramentelle. Elle existe parce que des personnes baptisées dans la vraie foi et ointes de l’Esprit du Père veulent qu’elle existe. Elle existe parce qu’elle célèbre le Sacrement des sacrements qui est l’Eucharistie. Elle est une entité eucharistique, donc sacramentelle : elle atteste visiblement la présence invisible du Seigneur Jésus Christ par le saint Esprit. En ce sens, elle est l’Église à dimension humaine, familiale et fraternelle, comme la décrit saint Paul (1 Corinthiens 13 et 14).

L’Église de tous

Elle est la paroisse et l’église de tous, réunis par la foi et par le mode de vie chrétien. Elle est une réunion de familles et de foyers – par exemples ces petites fraternités de personnes vivant ensemble sans avoir de lien familial particulier. Elle est le lieu d’accomplissement du Salut pour toute personne qui veut participer à son fonctionnement de façon sincère, active et aimante.

Paternité, fraternité

La paroisse est un lieu où se manifestent la paternité divine et la fraternité non moins divine – celles que nous a révélées et communiquées le Christ, le Fils de Dieu, par la grâce du saint Esprit. Il ne s’agit pas ici de fraternité biologique, psychologique, politique, idéologique ou nationale. On parle de fraternité à propos de la vie dans le Christ qui nous est communiquée parle baptême et par la chrismation, sacrements qui nous affilient à Dieu le Père (cf. Jean 1). Cette divine filiation et cette divine fraternité constituent une réalité tout à fait exceptionnelle qui n’est accessible à l’homme que dans l’Église. Il en est de même de ce qu’on peut appeler amitié, dans une paroisse. « Amitié » signifie alliance. Le Seigneur Jésus a révélé ce qu’est l’amitié divine, ou même divino humaine, quand Il a employé le mot pour définir la relation qu’Il veut entretenir avec ses disciples (Jean 15, 14).

L’amour sacrificiel

Paternité, fraternité, amitié, tendresse même entre les membres du Corps du Christ à l’échelle paroissiale ont un seul fondement, en plus de la vraie foi, bien entendu : c’est l’amour sacrificiel que le Christ nous donne en partage et auquel nous nous alimentons et nous abreuvons dans chaque communion eucharistique. Le sacrifice de soi par amour pour autrui – le Seigneur ou le prochain – est la base de la vie éternelle qui commence précisément en paroisse. Nous apprenons à aimer, car l’amour ne nous est pas si naturel. L’amour est naturel à Dieu, et Celui-ci nous l’apprend et nous le donne.

Rayonnement paroissial

Pour toutes ces raisons, la paroisse est capable d’un rayonnement charismatique exceptionnel. Elle est une entité sociale et ecclésiale remplie du saint Esprit, débordante de la vie de fils et de filles qui découle du baptême, de la chrismation et de l’eucharistie. La paroisse a un rayonnement extra liturgique. Elle irradie la société civile, la Création, et tous les domaines de la culture, de la science, de la politique, notamment sur le plan municipal. La paroisse est en ce sens un foyer apostolique et missionnaire : elle est incapable de garder pour elle-même de façon sectaire les dons extraordinaires qui lui viennent du Père céleste par le Fils dans le saint Esprit. En particulier, elle ne peut se réserver les charismes du pardon, du non jugement, de la compassion et de la consolation. Chaque membre de la paroisse, c’est-à-dire chaque membre du Corps du Christ à l’échelle paroissiale, est capable d’un rayonnement culturel, social, caritatif, politique et cosmique qui étonne les anges eux-mêmes, et qui fait que le Père céleste se reconnaît dans ses fils et ses filles, comme en ses bien-aimés.