Imprimer cet article Imprimer cet article

Évangile du 6ème dimanche après la Croix : Luc 8, 26-39

Dieu dans son monde –

L’évangile de ce jour rapporte un événement réel : Gadara est une ville de la Décapole, à 10 kms au sud-est de la mer de Kinnérèt, « en face de la Galilée », dit l’évangéliste. Le Créateur du ciel et de la terre se manifeste au milieu du temps et de l’espace qui existent par sa volonté. C’est une théophanie : nous y voyons le Seigneur, non seulement du visible, mais également de l’invisible et de tous les esprits qui s’y meuvent. Même les démons, innombrables esprits inférieurs, le reconnaissent comme Fils du Dieu Très-Haut par la bouche du possédé. Ils savent qui est Dieu, mais ils n’ont pas l’amour, et leur connaissance est donc inférieure. À Dieu appartiennent la vérité, la sagesse et la connaissance suprêmes, parce qu’Il est amour, et seul l’amour est connaissance parfaite de la vérité. Par amour le Fils de Dieu exorcise le possédé et entend la supplication des démons.

La conversion de Satan

Le Prince des démons lui-même, le Satan, le Diable, pourrait être sauvé s’il suppliait le Seigneur. Qu’il descende de son trône usurpé, siège de l’orgueil et du pouvoir illusoire sur les démons inférieurs, sur les hommes et sur les bêtes, qu’il s’humilie devant Dieu et lui adresse une prière, le Seigneur l’écoutera. La conversion de Satan n’est impossible que de façon relative. Le Diable et sa légion d’acolytes peuvent, comme toutes les créatures, être sauvés par l’amour, par la vérité de l’amour et l’amour de la vérité, si toutefois ils s’ouvrent à cet amour par une supplication. « Demandez et vous recevrez » : cette annonce faite aux hommes est vraie pour toute créature, y compris les anges révoltés et déchus par orgueil. « Priez et vous serez exaucés », anges, démons, créatures visibles et invisibles !

La souffrance des bêtes

Mais alors, dira un ami des bêtes, choqué par leur souffrance, comment l’amour, qui veut sauver même les démons, sacrifie-t-il un troupeau innocent et l’envoie-t-Il se noyer dans le lac ? – Sache que les bêtes souffrent en raison de nos péchés : notre impureté rend impurs les porcs et les fait mourir. Le monde décrit par l’Évangile est le monde déchu. Pense également que le Dieu Homme, quand Il monta sur la Croix, prit la place des animaux qui étaient sacrifiés dans le Temple. Il est l’Agneau immolé pour toutes les créatures visibles et invisibles. Le sacrifice non sanglant présenté à l’autel par le Christ, et où le Verbe s’offre lui-même, est offert pour le salut de la Création entière.

(Radio Notre-Dame « Lumière de l’Orthodoxie » 21.10.2018)