- Sagesse Orthodoxe - https://mail.sagesse-orthodoxe.fr -

Évangile du 18ème dimanche après la Croix : Luc 17, 12-19

La triple action du Verbe –

L’évangile de ce deuxième dimanche après le baptême du Sauveur et Messie Jésus illustre l’action du Dieu Homme dans le monde. Le Verbe vient dans le monde pour le purifier, le consacrer et le sanctifier. Il purifie, consacre et sanctifie la chair de l’humanité dans le sein de la Vierge ; Il purifie, consacre et sanctifie la terre en naissant dans la grotte ; Il purifie, consacre et sanctifie l’eau en s’immergeant dans le Jourdain. Il purifie, consacre et sanctifie la mémoire de l’humanité par sa conscience divino humaine. Purifier, c’est libérer de tout ce qui est hétérogène ; consacrer, c’est désigner pour une attribution exclusive ; sanctifier c’est assimiler à sa propre divinité. Aujourd’hui, après avoir purifié, consacré et sanctifié le Jourdain, le Seigneur de gloire purifie des lépreux ; Il les consacre par l’obéissance en les envoyant aux prêtres ; et Il sanctifie l’un d’eux par le culte véritable que celui-ci lui rend, le sacrifice de louange.

Le pur et l’impur

Dans le contexte de l’époque, les lépreux étaient impurs, c’est pourquoi ils s’adressent au Seigneur « en se tenant à distance » et en « élevant la voix » ; Jésus les voit et, de loin, leur parle. La peur de la souillure est propre à une culture du pur et de l’impur ; on la retrouve dans la peur de la contamination propre à une culture de l’hygiène et de la santé. Nous savons ce que c’est que de porter des masques et de respecter des distances entre nous en temps d’épidémie. D’une parole, Celui qui créa le ciel et la terre peut nous purifier sans même un contact. Le Christ invisiblement présent dans le monde a ce pouvoir divin. Il suffirait peut-être que, élevant la voix, ayant perdu tout espoir de guérison, nous lui crions : « Jésus, Maître, fais-nous miséricorde! ». Mais la purification de toute contamination ne nous suffirait pas pour connaître le Salut plus important que la santé.

La sanctification de notre vie

Nous voulons entendre de lui la parole suivante : « allez, vous montrer aux prêtres », c’est-à-dire rejoignez la tradition biblique, suivez l’enseignement de Moïse et des prophètes ; nous voudrions, nous aussi, être capables de lui obéir et de faire tout ce qu’Il nous dit, par exemple : « faites ceci en mémoire de moi ! » ou : « allez, enseignez et baptisez ! ». Nous pouvons être purifiés par l’obéissance. Mais il y a encore une partie de nous-même, un dixième peut-être de nous-même, qui aspire à la sanctification, qui veut s’approcher du Maître pour être son disciple ; la meilleure partie de nous-même qui peut se montrer capable d’adoration, de louange et d’action de grâce – la partie de nous-même qui désire l’union divino humaine et la déification. Et nous attendons la parole qui suit ! « Ta foi t’a sauvé ! » ne se rapporte pas à une contamination déjà dissipée.

Participer à la vie divine

Le « Salut » ne consiste pas seulement à être arraché à une menace – la lèpre ou l’épidémie ; il consiste encore plus à participer à la vie de Dieu, à communier à Dieu, à lui être agréable par le sacrifice de louange et à s’assimiler à lui, à être affilié à lui par l’Esprit saint. L’action du Seigneur et Messie dans le monde à partir de l’Incarnation vise le Salut. Le Sauveur agit ainsi dans le monde par sa présence purificatrice et sanctificatrice. Autrefois, Il agissait de l’extérieur sur le monde et sur l’humanité. Maintenant, Il agit de l’intérieur parce qu’Il s’est fait l’un d’entre nous ; et constamment, par sa présence invisible, par les sacrements qu’Il accomplit par le Corps de son Église, par ses membres saints, c’est-à-dire tous ceux qui le reconnaissent pour Seigneur et qui font la volonté du Père qu’Il leur fait connaître, Il sauve le monde en le faisant communier à lui-même. Principalement, par la célébration avec foi du sacrifice non sanglant de l’Eucharistie, le Christ, pontife suprême et présent par le saint Esprit, purifie ceux qui crient vers lui, les consacre par les préceptes qu’Il leur adresse et les sanctifie en se laissant rencontrer par eux dans un vrai dialogue de personne à personne, d’homme à Dieu.

(A.p. M.-A.: Radio Notre-Dame, „Lumière de l’Orthodoxie”, 17 janvier 2021)

Article printed from Sagesse Orthodoxe: https://mail.sagesse-orthodoxe.fr

URL to article: https://mail.sagesse-orthodoxe.fr/jaimerais-savoir/foi-et-tradition-orthodoxe/homelies/evangile-du-18eme-dimanche-apres-la-croix-luc-17-12-19-3

Copyright © 2011 Sagesse Orthodoxe. Tous droits réservés.