Imprimer cet article Imprimer cet article

4ème dimanche après Pentecôte : Matthieu 8, 5-13.

Le charisme de la foi –

Parmi les dons répandus comme un incendie sur ceux qui croyaient déjà en Jésus Sauveur, Fils de Dieu et Fils de l’Homme, le plus grand est celui de la foi. Sans l’Esprit saint, personne ne peut croire à la puissance de la parole, personne ne peut mettre sa confiance en Jésus Christ et l’appeler Seigneur. Aujourd’hui, nous faisons mémoire de deux hommes animés du charisme de la foi : le centurion romain et païen annonce que toutes les nations peuvent, par le saint Esprit, mettre une foi totale en Jésus Christ Sauveur ; Jean le Précurseur et Baptiste juif, dont la naissance est fêtée en ce 24 juin, montre que du peuple d’Israël, le Peuple de Dieu, surgissent des hommes qui, par le charisme du saint Esprit, reconnaissent en Jésus l’Agneau de Dieu, Celui qui vient porter, assumer et ôter les péchés des hommes.

Le Centurion et le Précurseur

Le Centurion et le Précurseur représentent les deux piliers de l’Église, par lesquels le vieillard Siméon appela le Christ présenté au Temple « Lumière des nations » et « Gloire d’Israël ». L’Esprit, par qui l’identité du Seigneur est connue, agit de façon universelle. Le charisme de la foi est proposé à tous les hommes de la terre en même temps qu’il est donné au Peuple élu. Les chrétiens sont des Juifs et des païens qui, par le saint Esprit, reconnaissent Jésus comme Seigneur. Et le Centurion et le Précurseur attestent que l’Esprit prophétique et apostolique, avant de descendre en la plénitude de ses dons le jour de la Pentecôte, agit déjà chez tous les hommes, les Juifs comme les païens.

Abraham et l’Esprit

Le Christ n’a-t-Il pas témoigné de cette action préalable ? « Abraham a vu mon jour, et il s’est réjoui », dit-Il. Par le saint Esprit, Abraham anticipait la venue du Messie. Et nous disons bien, dans le Symbole de la foi, que l’Esprit saint a parlé par les prophètes. Ainsi, en ce temps qui suit la Descente historique de l’Esprit du Père, nous savons que l’Histoire universelle est celle de la manifestation de l’Esprit dans le monde. Dans toutes les nations, dans toutes les cultures, comme dans le Peuple de Dieu, chez tous les justes, l’Esprit agissait. Chaque fois qu’un être humain a eu ne serait-ce que l’intuition de la Divinité, c’était l’Esprit qui agissait en lui. Des semences de vérité et de connaissance étaient infusées partout.

L’Esprit anticipe et couronne

Et ceux qui demandent le baptême croient déjà au Christ, car l’Esprit les a conduits jusqu’à une confession explicite. Personne ne demanderait le baptême pour lui-même ou pour ses enfants, si l’Esprit ne l’inspirait. L’Esprit, âme de toute foi, couronne ainsi sa propre oeuvre, puisqu’Il descend sur ceux qui croient pour parfaire en eux un début ou une croissance de la foi. L’Esprit précède et achève. Il parfait ceux qui, par lui, croient déjà, en leur donnant comme aux apôtres, une audace qu’ils n’avaient pas ; et Il agit sur et en ceux à qui le Christ se révèle déjà progressivement. Le Centurion et le Précurseur sont habités par les dons de l’Esprit, de ce même Esprit qui, après la résurrection et l’exaltation de celui qu’ils ont déjà reconnu, viendra dans la plénitude de la grâce et la catholicité de la foi, confirmer ceux qui croient déjà, tout en faisant naître progressivement à la foi ceux qui ne croient pas encore.

La prière pour le monde

Mystérieux travail de l’Esprit dans les consciences humaines, suscitant et anticipant la connaissance pour la parfaire ensuite. Et Il parfait cette connaissance de la Vérité quand Il est envoyé d’auprès de la source paternelle par le Fils. Pour cette raison, saint Silouane a prié le Christ pour que, par le saint Esprit, Il se révèle au monde. Nous prions le saint Esprit pour la vie et le salut du monde, pour ceux qui croient et pour ceux qui ne croient pas encore.

(Radio Notre-Dame, « Lumière de l’Orthodoxie », 24 juin 2018)