Imprimer cet article Imprimer cet article

La Pentecôte, baptême de feu et naissance de l’Eglise

Le terme Pentecôte vient du grec pentêkostê qui veut dire « cinquantaine » : c’est le cinquantième jour après Pâques. A l’origine, elle était une fête juive, comme celle de Pâques. La fête juive de Pentecôte, Chavouot,  appelée aussi « fête des semaines » (7 semaines après Pâques) était d’abord la fête des « prémices » des récoltes, où l’on rendait grâces à Dieu pour les fruits de la terre (Dt 16/9-11, Nb 28/26-31 et Ex 23/16a) et où l’on devait faire un  pèlerinage au Temple de Jérusalem. Mais petit à petit elle se transforma en fête du don de la Torah [la Loi] à Moïse sur le mont Sinaï, ce qui est fort intéressant par rapport à la Pentecôte chrétienne (voir ci-dessous).

Dès Son Dernier discours, après le Sainte Cène, le soir du Jeudi Saint, le Christ avait annoncé à Ses apôtres  Son départ de ce monde et la venue de l’Esprit-Saint, en insistant sur le caractère indispensable et vital de Sa venue (Jn 13/33 ; 14/2,15-19,25-26 ; 15/26-27 ; 16/16,20).  Aussitôt après Sa résurrection, Il va le leur redire et les y préparer (Lc 24/49). Le jour même de Son Ascension, « Il leur recommanda  de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’attendre  ce que le Père avait promis1, ce que Je vous ai annoncé, car Jean a baptisé d’eau,  mais vous,  dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit2…Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez Mes témoins… » dans le monde entier. (Ac 1/ 4-5 et 8). Et, 10 jours plus tard, alors qu’ils se tenaient dans le Cénacle, probablement pour fêter  Chavouot,  Le Saint-Esprit descendit sur les Douze3, de façon fulgurante et, en un instant, ils furent transformés : ils parlèrent en toutes langues, devinrent des théologiens et se montrèrent courageux, et même intrépides.

> poursuivre la lecture : Pentecôte baptême de feu et naissance de l_Eglise