« Le Christ est ressuscité !     En vérité, Il est ressuscité !»

Évangile du 18ème dimanche après La Croix : Luc 17, 12-19.

ST SIMEON 2013

Partagez :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le mystère de la purification –

Depuis Noël, le mystère de la purification et de la transformation de l’humanité est à l’œuvre. Le Christ, Verbe incorporé, Fils unique de Dieu, ne se contente pas de tout faire pour nous en purifiant l’humanité par sa propre humanisation déifiante et la Création tout entière en s’y immergeant ; Il ne lui suffit pas de purifier son peuple en déambulant dans les rues de Jérusalem et de tous ces villages dont les noms nous sont si chers. Il nous invite à entrer personnellement dans ce processus de purification, de conversion, de renouveau dont l’Esprit qu’Il répand à chaque instant est l’agent principal.

L’Esprit purificateur

Rempli de l’Esprit du Père, Il s’est fait chair dans le sein de la Vierge, la purifiant simultanément de toute hérédité pécheresse, de toute souillure accumulée depuis les générations. Rempli du saint Esprit, Il purifia l’intérieur même de la terre, la grotte, et irradia cette pureté nouvelle autour de lui, sur les créatures qui l’entouraient, les hommes et même les anges. L’Esprit, l’icône le montre, est une lumière magnifique qui resplendit du petit enfant nouveau-né comme d’une lampe faite pour éclairer le monde. Le Fils fait homme a été le plus pur, le plus innocent de tous les enfants jamais nés en ce monde parce qu’Il est le seul dont l’hérédité a été lavée par l’Esprit.

L’œuvre du Fils

Il purifia le temple quand Il y fut porté le huitième jour, portant avec lui dans cet espace admirable la grâce de l’Esprit, ce que ressentit très bien le vieillard Siméon. Il vint à nouveau au Temple à douze ans pour, débordant de l’Esprit qui l’habitait, purifier les pensées des sages et des gardiens de la Loi. Ensuite, Il lava l’eau de ce monde et lui rendit sa vertu primordiale de créature sur laquelle vole l’Esprit quand Il s’y laissa plonger par le Précurseur Jean. Ensuite, poussé par ce même Esprit, Il partit au désert et y accomplit un grand travail de purification en dénonçant tout pouvoir maléfique, en exorcisant le monde. Que dire encore de la mort, cette grande souillure, qu’Il lava de son propre sang pour en faire l’asile de notre rencontre avec lui par l’Esprit saint ?

Le témoin de l’Esprit

Et aujourd’hui, nous voyons le Verbe grand Purificateur rendre témoignage à l’Esprit. Il ne se contente pas d’agir à distance en grand thaumaturge qu’Il est ; Il ne lui suffit pas de renvoyer les hommes à la Loi qu’Il a lui-même donnée à Moïse et qu’exercent les prêtres. Pas du tout. Il attend que ces personnes répondent à la motion de l’Esprit. C’est l’Esprit qui conduit ce lépreux à revenir sur ses pas pour glorifier le Sauveur à haute voix, se jeter aux pieds de Jésus et le remercier. Le Verbe agit dans le monde comme témoin de l’Esprit ; et quand Il dit à cet homme « ta foi t’a sauvé ! », Il rend témoignage à l’Esprit qui agit dans le cœur et la conscience de celui qui croit. Voilà la pureté véritable.

La pureté

Elle n’est pas seulement une purification de ce qui souille. Elle est une possession par l’Esprit, à qui justement nous disons « purifie-nous de toute souillure et sauve-nous ! » Qu’est-ce que la pureté ? – la réduction à son être propre. Est pur ce qui est ce qu’il est et rien d’autre. Est pure la personne que n’anime rien d’étranger à son être ; totalement homogène, totalement elle-même, contaminée par rien de contre nature, parasitée par aucun virus spirituel qu’on appelle le péché, elle n’est asservie par aucune passion égoïste. La personne purifiée par l’Esprit vient librement vers le Verbe et se jette à ses pieds ; elle est capable d’adoration, d’action de grâce : elle est capable de connaissance !

La connaissance de Dieu

Pure est ainsi la personne qu’illumine l’identité de son Dieu, qu’elle connaît parce qu’elle le reconnaît, et surtout, elle l’aime. Voici la grande pureté de l’Esprit : un cœur épris d’amour pour le Seigneur… Voilà le projet pour nous, pour notre temps, pour cette année de grâce que nous accorde le Seigneur, programme de pureté personnelle, quand toutes les pensées et tous les sentiments de notre cœur sont orientés vers le Sauveur !

(a.p. Marc-Antoine, « Lumière de l’Orthodoxie », Radio Notre-Dame, le 16.01.22)
Derniers articles
Même sujet
Newsletter
Lettre d’information