« Le Christ est ressuscité !     En vérité, Il est ressuscité !»

Le jeûne des saints Pierre et Paul

Saints Pierre et Paul Louveciennes

Partagez :

Sa durée –

Le jeûne consacré à la fête des saints apôtres Pierre et Paul, le 29 juin, commence cette année le 19 juin après l’heure de vêpres,. Il fait toujours suite à la fête de tous les saints, c’est-à-dire au dimanche qui suit la Pentecôte. Celui-ci n’a d’ailleurs pas de date fixe. Il suit celles de Pâques et de la Pentecôte. Si la résurrection du Seigneur est célébrée après le 1er mai, il reste très peu de jours pour le jeûne. Il est même arrivé que la fête des Apôtres ait lieu avant le dimanche de tous les saints ! Pour cette raison, le Saint-Synode de l’Église roumaine a décidé qu’il est « indispensable d’établir une période de sept jours au moins pour ce carême » qui, sur la base des calculs  du calendrier pascal, pourrait durer au moins une semaine (décision n. 5721/10 juin 2015) – ce qui implique de retarder la solennité des Apôtres.

Un jeûne léger

Le jeûne des saints Apôtres n’est pas sévère. Le samedi et le dimanche on peut consommer du poisson. Le lundi, le mercredi et le vendredi, on prend des légumes préparés sans huile, et, le mardi et le jeudi, on peut y ajouter l’huile et le vin. Si se présente une grande fête le mercredi et le vendredi, nous avons la bénédiction pour l’huile et le vin, et le lundi, le mardi et le vendredi nous pouvons prendre du poisson. Le 24 juin, mémoire de la naissance de saint Jean Baptiste et Précurseur du Christ, les saints Pères ont établi que nous préparions du poisson.

L’ancienneté de ce jeûne

Les premiers témoignages que nous avons au sujet du jeûne des apôtres Pierre et Paul se trouvent au IVème siècle, dans les Constitutions apostoliques : « Après avoir fêté la Cinquantaine, restez en fête encore une semaine et ensuite, jeûnez pendant une semaine ; car il est juste de se réjouir du don de Dieu et de jeûner après une semaine de détente » (V, 14). Pour l’ancienneté de ce temps d’ascèse, qui suit les cinquante jours de joie après la Résurrection, nous avons également le témoignage de saint Athanase le Grand, de Théodoret de Cyr et de Léon le Grand. Le jeûne des Apôtres était connu dans le passé sous le nom de Jeûne de la Pentecôte, parce qu’il commence à proximité de la fête de la Descente du saint Esprit. Il est ainsi considéré comme un hommage au Paraclet qui s’est répandu sur les saints Apôtres.

Pas de noces

Pendant toute cette période, on ne célèbre pas de mariage, parce que le temps de jeûne n’est pas compatible avec les noces (source : CrestinOrtodox.ro). On comprend également que le jeûne des saints Pierre et Paul, comme il fait suite à la Pentecôte, est une mise en oeuvre de ce qui est donné aux vêpres de la Génuflexion. Aux cours de cet office du lundi du saint Esprit, en effet, si l’on écoute avec attention les trois grandes prières qui y sont prononcées, nous recevons la grâce de prier à genoux et de connaître le repentir. « Présentez à Dieu vos demandes en jeûnant », rappellent à ce sujet les Constitutions apostoliques (V, 15). La période qui suit l’octave festive de la Pentecôte est donc cohérente avec cette grâce et initie à la mettre en pratique, ce qui nous servira pendant tout le temps après Pentecôte. Le Seigneur nous donnera ensuite la grâce d’entrer à nouveau dans la période glorieuse du temps pascal.

(A.p. Marc-Antoine)