« Je  suis  venu ,  non  pour  juger  le  monde ,  mais  pour  le  sauver »

La Conception de Marie, aspects biblique, liturgique et théologique  2/4 : la fête liturgique

Nativité de la Mere de Dieu

Partagez :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Origine de la fête –

Quand et comment est apparue cette fête ? Elle est relativement tardive, parce qu’elle n’est pas mentionnée dans l’Évangile, et aussi en raison du caractère même de la conception d’un enfant, qui est un évènement mystérieux, invisible au début, et dont personne ne connaît la date exacte (sauf Dieu…).

Sa place en Orient chrétien

Elle est attestée en Orient à la fin du 6ème siècle dans le Typicon de Saint Sabbas [monastère célèbre qui se trouve au S-E de Jérusalem] et placée au 9 décembre (elle restera à cette date dans tout l’Orient). Elle est mentionnée ensuite dans le Synaxaire de Constantinople vers 750 (ce qui est tardif pour une fête chrétienne, surtout dans la capitale de l’Empire byzantin). Elle se répandra dans tout l’Orient, mais elle ne fait pas partie des 12 fêtes majeures du rite byzantin.

Sa place en Occident

Elle apparaît aussi au 8ème siècle en Occident, dans l’Église d’Espagne, dont le rite dit mozarabe (ou wisigothique) est de la famille liturgique du rite des Gaules. Il est probable qu’elle passera en Gaule en raison de leur proximité liturgique. Elle apparaît au 11ème siècle en Angleterre, probablement à l’initiative de l’abbé Elsin (du monastère Saint-Augustin de Cantorbéry) à qui la Théotokos était apparue pendant une tempête et lui aurait demandé de créer un office pour cette fête (vers 1067). Elle ne se répandra dans tout l’Occident qu’au 14ème siècle, mais ne sera introduite à Rome qu’au 15ème siècle.

Notons que les textes liturgiques byzantins (ceux des Vigiles) et du rite des Gaules restauré sont remarquables.

(p. Noël Tanazacq, 2021)
> icône de la Nativité de la Mère de Dieu