« Pendant ton baptême dans le Jourdain, ô Christ, fut manifesté l’adoration due à la Trinité. Car la voix du Père te rendit témoignage en te nommant Fils de Dieu ; et l’Esprit, sous forme de colombe, confirmait la vérité de cette parole. Christ Dieu qui es apparu et qui as illuminé le monde : Gloire à toi ! »

Pourquoi le Christ est-Il appelé Clef de David ?

roi-david-composant-avec-musiciens_psautier

Partagez :

La clef du judaïsme –

Le prophète Isaïe dit que « sur son épaule est la clef de la maison de David » (22, 22). L’Apocalypse l’appelle « Celui qui détient la clef de David » (3, 7). Par métonymie, l’expression désigne le Messie lui-même. Mais cela veut dire qu’Il détient la clef de toute la maison d’Israël, de toute la tradition juive. En premier, le pouvoir de clefs est le pouvoir suprême que le Père céleste remet à son Fils, car Il lui a tout remis. Le Fils et Messie est ainsi reconnu comme l’intendant suprême de la Maison de Dieu, ce que développe en maint endroit le saint Évangile selon saint Jean. Il est en personne la clef de toute l’histoire du peuple juif, y compris la Shoa.

Il ouvre les Écritures

La clef est également celle des saintes Écritures. Celles-ci, comparées par Origène à un grand coffre, sont fermées à la compréhension seulement humaine, y compris aux sciences bibliques. Pour ouvrir le trésor de la parole de Dieu, seul Celui qui en détient la clef est compétent, parce qu’Il est la Parole et le Verbe de Dieu. C’est Lui qui, avant de se faire chair et homme, parle dans sa parole ; c’est Lui qui, par le saint Esprit, parle par la voix des prophètes. Le Christ, comme Il le dit Lui-même après sa résurrection aux disciples qui voyageaient vers Emmaüs, est Lui-même la vérité de toute la Bible : « commençant par Moïse et par tous les prophètes, Il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait » (Luc 24, 27). Le Messie est l’exégète par excellence. Et une bonne méthode consiste à lire d’abord le saint Évangile, puis les Psaumes et d’ouvrir ensuite la Genèse et toute le Torah.

Les clefs de la vie et de la mort

Le Christ est encore appelé Clef parce qu’Il détient les clefs du Royaume dont Il est le fondateur avec le Père et l’Esprit : les clefs de la vie éternelle avec lui-même. Et, dans l’Apocalypse, Il dit : « Je détiens les clefs de la mort » (1, 18). En effet, Il l’a montré, par sa glorieuse résurrection, quand Il franchit les portes de la mort, à partir des enfers, pour entrer avec toute l’humanité dans la Vie.

Le pouvoir souverain

Et encore : le Christ détient la Clef de David, et Il est Lui-même cette glorieuse et divine Clef, parce qu’Il a le pouvoir de pardonner les péchés ; Il délivre ceux qui sont emprisonnés par les passions, les péchés et l’ignorance de Dieu. En tant que Clef, Il délie, Il absout et Il affranchit comme Il le dit encore par la bouche du Prophète : « l’Esprit du Seigneur est sur moi… Il m’a envoyé proclamer aux captifs  la libération… renvoyer les opprimés en liberté » (Luc 4, 18. Cf. Isaïe 61, 1-2 et 58, 6).

Une clef en forme de croix

Quelle est la forme de cette clef ? Sa forme est celle de la Croix, dont l’homme s’approche par l’humilité et le repentir. Le Messie Lui-même a fait éclater les portes de la mort par sa divine humilité et en montant sur la Croix pour les péchés de tous les hommes du passé, du présent et de l’avenir.

(a.p. Marc-Antoine)
Derniers articles
Même sujet
Newsletter
Lettre d’information